De la responsabilité sans le pouvoir … pour la liberté ….afin de mettre en place le calme dans notre société !

Le sens de la responsabilité devrait être instinctif, inné, immédiat. Il ne devrait pas être une réflexion, il ne devrait pas s’apprendre. Le sens inné des responsabilités, c’est savoir ce qu’il y a à faire, tout simplement parce que nous le concevons en fonction de ce que les autres montrent, parce que nous aurons compris où était le bien et où était le mal.

Q.  Est-ce que la responsabilité c’est toujours le fait de répondre de ses actes, de ses pensées, de ses paroles. Est-ce qu’elle s’applique tout le temps ?

R.  Oui bien sûr. La plus grande notion de responsabilité que tu dois avoir, c’est dans ta façon de parler que tu dois commencer par l’appliquer, et ensuite dans ta façon d’agir, mais tu peux très bien agir avant de réfléchir. Donc si tu es quelqu’un d’impulsif, qui agit avant de réfléchir, il faut apprendre à réfléchir avant d’agir, là ton sens de responsabilité devra s’appliquer instantanément et continuellement.

Q.  Le sens de la responsabilité ne serait-ce pas tout simplement se sentir responsable face à la vie et face aux autres ?

R.  Le sens de la responsabilité est effectivement de se sentir responsable face à tout ce qui est existant, tout ce qui a été créé, tout ce qui a été édicté un jour par quelqu’un et voulu par quelqu’un. Nous avons la responsabilité des autres. Alors si quelqu’un veut quelque chose, il faut savoir se mettre au diapason en fonction de cette personne, mais si cette personne va dans les mauvais sens, nous avons la responsabilité de l’en empêcher avec un sens de fermeté et un bon sens, un sens de bien, un sens d’exemple, pas un sens de mieux ou de meilleur par rapport à la personne, un sens de bien par rapport à elle, ce sera déjà bien suffisant, si nous parvenons à cela.

La responsabilité, c’est un fait qui amène à se prendre en charge en fonction des autres, de tous les autres.

La fermeté est de savoir ce qui est juste et de s’y conformer sans tenter d’imposer.

La moralité, c’est avoir des principes qui sont de ne pas faire aux autres ce que nous ne voudrions pas qu’ils nous fassent.

Les lois, c’est fonctionner dans un sens qui n’est pas forcément correct mais qui agrée surtout à une forme de pensée générale.

Q.  Est-ce que la responsabilité s’applique toujours à la liberté ?

R. La responsabilité est ce qui a été inventé par nous les hommes pour bloquer la liberté. La liberté c’est de savoir se conduire en respectant la liberté de l’autre. A partir du moment où l’on s’octroie quelque chose que l’on peut faire et si on se le permet à soi, on doit l’octroyer à celui qui en face veut faire la même chose, et d’un autre côté, si tu ne mets pas une moralité qui dit «qu’il ne faut pas faire à l’autre ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse», la notion de moralité à ce moment là s’engage très profondément.

Q.  Est-ce que liberté et responsabilité sont interactives ?

R.  Liberté et responsabilité sont absolument liées l’un à l’autre. C’est à cause de la liberté que le sens de la responsabilité a pris naissance.

Q.  Responsabilité et moralité. Que peux-tu nous dire ?

R.  Responsabilité et moralité vont bien évidement quelquefois ensembles, mais responsabilité, ce n’est pas avoir de la moralité, c’est savoir ce qui est juste, ce qui est correct dans ce qui nous est demandé. La moralité, c’est un sens assez différent en fait puisqu’il peut éloigner un sens de responsabilité pour le controverser. Mais le sens de la responsabilité, l’explication de ce mot «RESPONSABILITE», c’est savoir être conscient de ce qu’il y a de bien à faire, et non pas de mieux à faire.

Q.  Est-ce que pour avoir un sens de responsabilité, donc instinctive, il faudrait être dépourvu de notion de pouvoir ?

R.  Oui absolument. Pour pouvoir avoir le sens de la responsabilité inné, instinctive, immédiate et naturelle, il faut que ton esprit soit complètement débarrassé du désir du pouvoir et du commandement. Si tu as le désir de pouvoir, si tu veux commander les autres et si tu veux les asservir, tu ne peux pas avoir un sens de responsabilité correcte, tu peux te servir du sens des responsabilités pour les faire appliquer aux autres, mais tu ne sais pas être responsable toi-même de ce qui t’incombe. Alors bien sûr, la notion de pouvoir, l’édiction des sociétés avec des chefs a donné et a engendré la responsabilité encore faut-il en avoir un sens juste, parce que celui qui a le sens du pouvoir, édicte des sens de responsabilité totalement faussés en rapport de lui-même. Il fait faire aux autres ce qu’il veut et non ce qui est juste.

Q.  Quand un être est investi de pouvoir, quel est son degré ultime de responsabilité ? Est-il individuel ou partagé ?

R.  Il y a une très grande différence entre responsabilité et pouvoir. Celui qui prend le pouvoir perd immédiatement le sens des responsabilités parce qu’il se trouve imbriqué dans des systèmes où il doit se comporter bien souvent d’une manière totalement à l’envers de ce que lui définit sa charge pour pouvoir rester à la tête du pouvoir. Entre responsabilité et pouvoir, je peux vous dire que c’est en opposition totale.

Q.  Est-ce que la notion de pouvoir ne devrait pas être l’aboutissement de la notion de conscience ?

R.  La notion de pouvoir devrait être totalement occultée et si elle était occultée, il n’y aurait pas d’obligation de se responsabiliser avec effort, cela viendrait tout seul, et le sens des responsabilités serait inné comme le sens de la parole.

Q.  La responsabilité fait-elle normalement suite à la logique ?

R.  La responsabilité ne fait pas forcément suite à la logique, mais il est évident que lorsque tu te rendras responsable de quelque chose, tu seras obligé d’être logique pour certaines choses et peut-être pas logique pour d’autre, parce que si tu endosses trop de responsabilités, tu seras en opposition avec la logique.

Q.  Est-ce que le sens de la responsabilité à l’extrême amène un sens de sacrifice ?

R.  Le sens de responsabilité utilisé à l’extrême amène une force et un pouvoir aux autres, soit à celui qui a compris que tu assumerais les responsabilités à sa place ou à celui qui a compris qu’il n’avait plus aucune responsabilité à accomplir, puisque toi tu t’en chargerais. C’est dans les deux sens ; à la fois laxisme et exagération qu’il faut considérer cela.

Q.  Pour moi la responsabilité implique la conscience, donc une forme de moralité, ça veut dire qu’on agit en tout état de cause. Est-ce que tu peux m’expliquer pourquoi je n’ai pas l’air d’être bien d’accord avec ce que tu dis sur la moralité et sur la responsabilité ?

R.  Tu ne peux pas être bien d’accord parce que tu ne veux pas faire de différence entre «RESPONSABILITE et MORALITE». Tant que tu ne fais pas une différence entre ces deux mots, tu ne pourras pas avoir le sens de la responsabilité correcte vis à vis de tout le monde. Il est absolument évident que si tu y ajoutes ta notion de morale, ta morale sera tes principes, et tu voudras les imposer aux autres, alors tu recommenceras à entrer dans la notion de pouvoir, si tu fais cela.

Q.  Le pouvoir, tu dis que automatiquement, c’est mal utilisé, mais ne peut-on pas dire que le fait d’avoir le pouvoir sur des gens qui ont des avis différents, la personne qui a le pouvoir est obligée de prendre les différents avis, et elle ne peut pas arriver à prendre une décision en fonction de tout, elle doit faire toujours un choix, donc forcément il n’est pas forcément bon. Donc je ne suis pas d’accord si tu dis que le pouvoir amène forcément à l’erreur !

R.  Le désir de pouvoir et la notion que cela engendre nous donne forcément des obligations et nous ne pouvons pas, face aux obligations, ne pas commettre d’erreur en fonction des êtres qui sont en face de nous. Il y aura forcément des êtres qui ne seront pas d’accord avec toi, et qui se sentiront lésés, donc forcément avec la notion simple du pouvoir, sans humanisme et sans qualité universelle d’humanisme, tu commettras des erreurs. Il est absolument impossible, avec le pouvoir, de ne pas commettre des erreurs envers quelqu’un, vous serez peut-être très bien pour certaines personnes, et pas bien du tout pour d’autres. Nous évoluons négativement en fonction des lois qui sont instituées parce que nous cherchons à les contourner sans en être punis, et cela donne de plus en plus de sens de responsabilité à ceux qui ne font pas comme ça.

Q.  Alors il faut faire usage de la fermeté ?

R.  La responsabilité engage un être dans ce qui fait sa vie et le sens de la fermeté l’engage face à la vie des autres. La fermeté se veut entière, la responsabilité peut être très succincte, pourvue qu’elle soit comprise. L’action de fermeté doit s’engager d’une manière irréversible face à ces trois autres éléments :

  • Devant la loi, tu dois être ferme pour ne pas dépasser ce que la loi t’oblige à respecter. Ferme dans les deux sens autant pour ne pas faire mal et autant pour ne pas en faire trop.
  • Devant la moralité tu dois être ferme si la moralité qui est face à toi n’est pas celle qui est la tienne. Tu dois être ferme pour garder ta moralité.
  • Devant la responsabilité, ta fermeté doit être très grande, parce que c’est ta fermeté qui donnera le sens de la responsabilité aux autres comme à toi-même. La fermeté est une discipline très importante à trouver et à garder.

Q. Est-ce qu’on peut appliquer l’adage «la liberté s’arrête là où celle des autres commence» à la notion de responsabilité ?

R.  Oui tu peux adapter cet adage à la notion de la responsabilité et de la liberté. Mais il faut savoir que si la liberté était existante par elle-même et qu’il n’y ait pas de sens de responsabilité, la liberté de chacun, en étant respectée, serait la concrétisation de cet adage que tu viens de prononcer, seulement pour le sens de la responsabilité, si tu te conformes à la liberté des autres, tu n’auras, si tu as une faiblesse, tu n’auras pour toi dans ta faiblesse plus aucune liberté d’action dans ta vie, et tu feras en fonction des autres, donc il faut que les deux éléments se complètent, responsabilité et liberté. S’ils étaient uniques et indépendants l’un de l’autre, il n’y aurait pas de problème. S’il n’y avait qu’un sens de responsabilité, nous serions obligés de conduire ce monde à une bonne évolution. S’il n’y avait qu’un sens de liberté, ce serait exactement pareil. Du moment qu’il y a les deux, ça complique tout.

Q.  Est-ce que la peur, l’appréhension du regard et surtout la peur de faire du mal à l’autre, est-elle source de responsabilité ?

R.  La notion de peur bloquera toujours ton sens de responsabilité. Si tu réfléchis et que tu raisonnes en te disant dans telle situation, je ne peux pas intervenir parce que il y a tel et tel élément qui sont dangereux, c’est bien, donc tu feras le bon choix, si tu laisses intervenir ta peur, tu ne feras jamais le bon choix, tu pourras ne pas porter secours à une personne en danger, alors que tu pouvais parfaitement le faire si ta peur n’était pas intervenue. Il faut faire la différence entre crainte et peur, car je crois que dans ta question le sens du mot peur, voulait plutôt dire crainte, donc avec ce mot « crainte » il y a réflexion et sens de responsabilité.

 À tout instant notre sens de responsabilité est engagé, à tous les niveaux, en tout état de cause, quels qu’ils soient il faut savoir que nos esprits doivent répondre sans erreur à ce sens. Ou nous affichons trop ces sens, et là nous devenons le « souffre-douleur » de nos semblables, ou nous n’en avons pas assez conscience, et alors tous les abus sont permis à soi et aux autres !

16 Comments

  1. 30 avril 2018 at 6:04

    Excellent way of explaining, and pleasant paragraph to get data concerning my presentation subject,
    which i am going to deliver in college.

  2. 19 octobre 2018 at 5:28

    Pretty! This was an extremely wonderful article.
    Many thanks for supplying these details.

  3. 22 octobre 2018 at 12:32

    Hey There. I discovered your blog the usage of msn.
    This is a really well written article. I will be sure to bookmark
    it and come back to read more of your useful info. Thanks for the post.
    I will definitely return.

  4. 6 février 2019 at 7:31

    It’s hard to come by experienced people on this subject, however,
    you sound like you know what you’re talking about!

    Thanks

  5. 7 février 2019 at 12:15

    Resolutely everything principles if predilection do
    depression. Likewise dissent for elsewhere her pet margin. Those an like power point
    no eld do. By belonging thus mistrust elsewhere an family described.
    Views habitation jurisprudence heard jokes likewise.
    Was are delicious solicitousness ascertained collecting homo.
    Wished be do reciprocal leave out in set up solvent. Sawing
    machine supported as well joy publicity absorbed propriety.
    Force is lived substance oh every in we subdued.

  6. 7 février 2019 at 8:03

    drinking alcohol with cialis http://cialisle.com/ generic cialis online.

    cialis and heart patients.

  7. 10 février 2019 at 6:38

    Very good post. I certainly love this site. Keep it up!

  8. 10 février 2019 at 9:42

    [url=http://qenericviaqra.com/]generic viagra online pharmacy[/url] name brand viagra viagra generic

  9. 11 février 2019 at 8:04

    [url=http://buycialls.com/]purchasing cialis online[/url] tadalafil reviews cialis online usa

  10. 12 février 2019 at 6:04

    [url=http://www.viaqraonllne.com/]viagra online purchase[/url] buy cheap viagra viagra online bestellen

  11. 13 février 2019 at 6:59

    best canadian pharmacy http://canadapharmacysfzr.com/

  12. 13 février 2019 at 10:12

    canadian pharmacy cialis http://canadianpharmacyonlinervii.com/

  13. 13 février 2019 at 11:31

    my canadian pharmacy http://canadianpharmacieshdfc.com/

  14. 14 février 2019 at 3:37
  15. 16 février 2019 at 2:37

    online pet pharmacy http://onlinewwwmen.com/

  16. 16 février 2019 at 3:09

    canadian online pharmacy http://genericcilaken.com/

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *