Pur ou parfait, de quoi parle-t-on ? Et si l’humanité évoluait du pur pour aller au parfait ? Et si nous avions en mémoire, cette quête du « parfait » mais mal aspectée ?

Le pur est l’élément originel, non entaché d’existence et de vie animée qu’elle soit négative et positive. Le pur c’est un état.

Le parfait est l’état de destinée accomplie après avoir expérimenté tous les cas, affronté le négatif et trouvé le positif pur, en retenir le parfait agréé par l’unité et l’individualité, afin de régner dans l’harmonie, le bien-être et le bon sens.

Le pur comprend tout, voit tout mais ne peut pas rendre tout parfait. Dans la pureté, l’amour a pris naissance. Dans le matériel, la cupidité a pris naissance. Dans la vie, tous les défauts ont pris naissance.

Q.  Mais quelle est la différence entre pur et parfait ?

R.  Dans le pur : on se considère soi-même. Dans le parfait : on considère le tout. Dans le pur nous étions personnels et dans le parfait il nous faut devenir très humains. L’état de pureté est un état linéaire, non créatif ; nous l’avons conservé seulement au niveau de nos qualités. Nous avons évolué dans tout ce qu’il y avait de négatif et l’état de pureté s’en est trouvé altéré. L’état de pureté est limité mais il faut le garder. L’état de pureté ne grandit pas : il est. L’état de pureté, c’est l’eau, le cristal, l’électricité et tout ce qui est matière inerte. Quant au parfait, il n’a pas de fin, c’est le bonheur et il ne peut pas être linéaire. Dans la notion du pur il y a le réalisme. Dans la notion du parfait, il y a trop d’imagination. Pour rester dans la notion de pureté, il faut être seul. Pour élaborer la notion de parfait, il faut être avec les autres. « Parfait » est synonyme de grandeur et de supérieur qu’il faudra encore atteindre et réaliser.

Le « parfait » est le seul chemin de la reconnaissance de chacun. Rendre parfait, c’est mesurer la force et la faiblesse.

Q.  Si je comprends bien le parfait est une qualité que l’on a ?

R.  La qualité, c’est une utilisation positive en voie de développement; c’est quelque chose que tu utilises et que tu fais travailler. Le parfait c’est quelque chose d’acquis sur lequel on ne revient pas ; cette qualité est sublimée. Et, à partir du moment où tu vas savoir te servir avec force de ton parfait, tu vas en développer un autre.

Q.  Mais alors chacun de nous détient un parfait ?

R.  Oui. Il y a dans l’univers autant de parfaits différents qu’il y a d’individus. Et parce qu’un parfait est contraire au parfait de celui qui est à côté, il va poser de l’antagonisme. Il faut prendre -pour être parfait- des bases de simplicité et de pratique. Pour arriver au parfait, il faut passer par le perfectionnisme. Le parfait est prévu pour permettre à nos esprits de trouver le bonheur à travers chaque forme de caractère, de conception, d’idéologie. Il nous faut, à chaque instant, comprendre les raisons des autres et ne pas les jugez hâtivement.

Q.  Quand nous étions dans le pur, existait-il autant de différences entre les êtres dans la pureté qu’il risque d’y en avoir dans le parfait ?

R.  Non, justement. Dans la pureté, nous étions tous identiques. II n’y a pas de différences dans la pureté comme il y en aura dans le parfait. La construction du parfait réside dans l’obligation d’une différence individuelle et d’amour différent individuellement parce que sinon, dans un monde parfait où tout le monde serait stéréotypé, ce serait vraiment très ennuyeux et absolument pas évolutif. Oui, la différence est rude entre le simple, le pratique et le parfait.

Q.  Comment, en pratique, pouvons-nous faire partager notre parfait avec simplicité avec les autres ?

R.  Alors, pratiquement et simplement, nous pourrons le faire si nous n’allons pas dans l’extrême du parfait actuellement. Nous pourrons aller dans l’extrême et le plus-que-parfait lorsqu’il y aura déjà le parfait installé en chacun d’entre-nous. Donc, si dans votre esprit, vous avez quelque chose qui vous choque concernant quelqu’un qui, lui, n’est pas choqué par cette chose-là, essayez absolument de vous adapter à ce qu’est l’autre et de ne pas en tirer des conclusions négatives ou de ne pas le fuir comme on le fait bien trop souvent, je dirai même, en permanence. Ça, c’est mon conseil. II faut absolument être capables de comprendre le parfait sans y adhérer en extrême, il faut absolument que les êtres dans le parfait sachent à certains moments parvenir à ne pas se choquer et se perturber. Pour arriver au parfait, il faut passer par le perfectionnisme et lorsque nous serons dans le perfectionnisme, nous aurons beaucoup de difficulté avec ceux qui ne seront pas dans ce chemin. Ça nous donnera beaucoup de peine et nous serons tentés de nous comporter en nous repliant sur nous-mêmes. Mais cela dépendra bien évidemment de notre caractère, de nos principes et de ce que nous aurons à saisir comme éléments autour de nous ; cela dépendra du moment. Le parfait est prévu pour permettre à nos esprits de trouver le bonheur à travers chaque forme de caractères, de conceptions, d’idéologies. Il faut, à chaque instant, essayer de comprendre les raisons des autres et ne pas les juger hâtivement, mais les aider à devenir bons et respectueux des autres, eux aussi.

Dans le pur, nous ne faisons pas de distinction mentale, même si nous avons une individualité. Dans le pur, nous sommes individualisés pour la partie amour seulement. Dans le parfait, nous ferons des distinctions, les uns et les autres, par rapport à tout ce qui est existant. Hors du pur, nous prenons un esprit, une pensée, une individualité. Lorsque nous arriverons dans le parfait, nous deviendrons des individus pensant à part entière par nous-mêmes et nous engloberons, à un moment donné, une partie de l’esprit de tous les autres.

Alors, il faut absolument que nous parvenions, chacun d’entre-nous, à nous adapter à tous les autres, et c’est là que ce sera le plus difficile pour y parvenir.

Ça va prendre du temps parce que, dans le parfait, il faut accepter le parfait de l’autre, les parfaits des autres, de tous les autres. Dans le pur, le Tout est encore trop présent, c’est-à-dire que dans le pur, nous nous réunissons trop facilement au Tout. Dans le parfait, nous reviendrons au Tout, mais nous serons individualisés dans le Tout et nous nous adapterons à tous les autres, c’est très important. C’est l’évolution qui aura permis la différence entre le pur et le parfait.

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *