Le négatif dans tous ses états !

Le négatif, c’est la maladie du positif. Parvenir à rester positif devant le négatif est une philosophie qui demande à exister. Pour savoir faire avec le négatif, il faut savoir qu’il existe et le définir. Et pour réussir la transformation du négatif en positif, il faut agir avec ce qui est à notre disposition. Et si nous voulons lutter contre le négatif, nous devons le considérer à sa hauteur et le traiter comme quelque chose qu’il faut anéantir. Le négatif se nourrit du positif et prend une force permanente, alors que le positif ne peut se nourrir que du positif, et s’il n’y en a pas beaucoup, il meurt. Le problème vient de ce que certains esprits ne peuvent pas tout de suite, soit par le corps, soit par l’esprit, s’intégrer au bien-être du moment qui se passe chez les autres. Par exemple, si une personne n’est pas dans un état de bien-être et qu’elle arrive dans un endroit où il y a la fête, elle ne peut absolument pas se mêler à cela, et c’est bien dommage. C’est la grave difficulté de tous nos esprits, car pour nous, le bonheur n’est pas communicatif. Cela sera toujours très difficile, car l’esprit qui n’a pas une propension à se mêler immédiatement à ce qui est positif et à ce qui est joyeux chez les autres, aura bien des difficultés à le faire, et il sera plus fort que tout un groupe qui serait à un nombre supérieur à lui, qui ne pourra pas faire régner l’harmonie et le bien-être. Dommage que ceux qui sont austères ne savent pas devenir joyeux !

Il n’est pas aisé de comprendre comment sortir du négatif physique, comment parvenir à donner à l’esprit le sens du positif pour que, dans l’application et dans la réaction physique, il n’y ait plus jamais d’utilisation de ce négatif. Il faut que nous puissions voir ce qui se passe. Il faut que nous puissions savoir que les êtres qui tournent dans le négatif et qui ont beaucoup de choses à reprocher aux autres, sont finalement toujours empreints d’un négatif qui les dérange, de quelque chose qui les perturbe et qui ne leur apprend pas à faire l’évolution, la bonne évolution. Si tous les êtres humains s’acceptaient tels qu’ils sont, sans se sentir mal ou systématiquement croire que les autres jouent la comédie dès qu’ils ont une façon de faire qui les dérange et qui les gêne, il n’y aurait pas autant de difficultés, et le mal passerait beaucoup plus inaperçu.

La complaisance à se servir du négatif, ce n’est pas bien, et la trop grande satisfaction de se croire positif est facilement faillible.

Q.  Quelle est la différence entre le positif et le négatif?

R.  L’énergie positive : lorsque vous l’avez touchée, lorsque vous vous servez uniquement de cette énergie positive, elle vous donne le bien-être, le  bonheur, l’apaisement, la joie de vivre. L’énergie négative : lorsque vous la touchez, et que vous vous en servez, elle vous donne deux choses différentes, lorsque c’est celle des autres qui vous touche, elle vous donne le mal de vivre, la déprime, la dépression. Lorsque c’est vous-même qui l’utilisez, alors vient en vous le désir de faire du mal, la violence, les mauvais sens.  Si vous sentez des pulsions de joie vous traverser lorsque vous avez fait du mal à quelqu’un, c’est alors une sensation qui ne vous donne, en aucun  cas, l’apaisement ou la sérénité, mais elle excite les sentiments de vengeance, de satisfactions malsaines.

Q.  Comment utiliser le positif pour contrer le négatif ?

R.  Je vais vous aider à faire les différences entre le négatif et le positif et quand vous aurez bien compris, vous saurez comment utiliser le positif. De toute façon, si vous utilisez le positif, c’est-à-dire si vous avez une réaction positive devant un événement qui est très négatif, vous allez forcément renverser, maîtriser, transformer le négatif existant, et si le négatif veut être plus fort que le positif que vous êtes capables d’utiliser, eh bien en continuant à rester positif vous renverserez ce négatif obligatoirement. Nous allons apprendre à faire cela, je ne vais pas vous dire, faites ceci ou cela, il vous faut d’abord vous rendre compte, en vous, de ce qu’est le négatif et de ce qu’est le positif et il faut, lorsque vous saurez ce qu’est le positif, que vous soyez capables de vous en servir contre le négatif et non pas de continuer à vous servir du négatif en premier.

Q.  Sachant bien entendu que le négatif est absolument indispensable à la vie, nous avons quand même un petit peu de difficulté à comprendre pourquoi le pôle négatif a plus d’intensité que le pôle positif.

R.  Le positif ne se nourrit que d’amour, de sagesse et de positif, alors que le négatif se nourrit de tout ce qui est existant, de tout le reste ; il se nourrit de la matière, il se nourrit de la nourriture, il se nourrit de l’air, il se nourrit de tout ce que nous sommes, de tout ce que nous faisons ; il se nourrit du positif qu’il transforme immédiatement en négatif, il se nourrit de nos pensées mauvaises, il se nourrit de tout cela. Alors, le négatif est amplifié depuis l’aube des temps parce que nous nous en servons plus rapidement que du positif. Sachant que le négatif est nécessaire à la vie, depuis le début des temps, nous avons forcé sur l’utilisation du négatif parce que ça nous a permis de survivre dans une nature hostile. Il a fallu que nous passions par des étapes très difficiles puisque les premières tribus des hommes et des femmes de la planète, les hommes préhistoriques, étaient anthropophages et cannibales. Donc, il a fallu bien comprendre que c’est par ce genre de choses que la force des uns a été donnée aux autres. Donc, le négatif est utilisé à profusion parce qu’il se nourrit de beaucoup plus d’éléments que le positif qui ne se nourrit que de l’amour et de la sagesse. Et le négatif, lui, en se servant du positif, peut s’amplifier car il le transforme tout de suite en négatif, alors que le positif, en se servant du négatif, ne peut en aucun cas s’amplifier, car le positif ne peut que transformer le négatif en positif.

Q.  Qu’est-ce que l’énergie négative ? Je pense qu’il y a trois catégories : ceux qui font du mal, qui font des gestes horribles, qui tuent, ça c’est une énergie négative. Il y a ceux qui sont perpétuellement contrariés, le plan émotionnel est toujours exacerbé, et quelque part ils fabriquent aussi du négatif. Et puis, il y a une troisième catégorie d’individus qui, dès l’instant, où vous ne faites pas comme eux le veulent, vous disent: “vous êtes négatifs”, et à ce moment-là ils nous font faire des réactions pas possibles. Qu’en penses-tu ?

R.  Oui, la relativité du négatif est vraiment subjective à chacun d’entre nous. Parfois vous ne vous voyez pas faire, vous ne vous rendez pas compte lorsque vous avez une attitude négative face à quelqu’un, et vous avez tendance à avoir plus de réactions négatives avec certaines personnes qu’avec d’autres. Vous êtes capables de vous conditionner pour telle personne à répondre positivement, et pour une autre vous l’envoyez promener parce que ça vous arrange mieux ou parce que vous avez pris l’habitude, donc tout est relatif et subjectif à chacun. Il faut que vous essayiez de vous voir faire et que lorsque vous entendez que quelqu’un vous dit que vous avez été négatif avec lui, vous essayez à la fois de vous comprendre et de lui démontrer qu’il se trompe. Il y a en effet 3 formes de négatif :

  • Celui que nous émettons en pensées, et commettons en actions.
  • Celui que nous subissons en nous sentant mal à cause des autres ou à cause de nous-mêmes.
  • Et celui que nous avons à l’état latent qui est une vibration permanente que nous émettons sans vraiment nous en servir et que l’autre ressent.

Il n’y a pas un être dans l’univers qui ne peut faire comme l’autre, il n’y a que la façon d’aimer qui est unique chez chacun de nous, car tout ce qui est matériel est à la portée de tous. Pour l’instant malheureusement, nous avons, en règle générale, la réaction qui va attiser le négatif, même si nous nous voulons positifs, même si dans nos paroles nous croyons pouvoir apaiser, nous sommes négatifs dans notre réaction en tout premier lieu. À l’intérieur de nous, ça bout. Dans notre esprit, ça bout. Notre âme est choquée à droite et à gauche. Notre esprit même s’il fait des efforts pour se contenir, doit faire des efforts pour se contenir ce qui signifie que nous avons une réaction négative, car si nous étions dans la réaction positive, notre esprit n’aurait pas à se contenir, notre intérieur ne serait pas bousculé, c’est très difficile d’avoir une réaction positive face au négatif, cela je vous l’accorde, mais c’est possible. À des degrés plus ou moins différents, lorsque quelque chose nous agace, nous énerve, ou nous est insupportable, nous avons des réactions négatives et nous envenimons les situations, même si nous ne répondons pas, même si nous ne faisons qu’entendre et réfléchir, nous attisons le négatif par nos vibrations, par nos réactions intérieures.

Q.  Notre attitude négative intérieurement peut-elle venir du négatif de l’autre que nous recevons et qui nous empêche alors d’unir l’âme, le corps et l’esprit, alors que dans l’amour on le fait instantanément ce qui permet de tout accepter et de ne pas voir le négatif ?

R.  Oui, lorsque nous sommes en état d’amour, les trois éléments qui nous donnent la vie et dont nous sommes composés et constitués s’unissent et nous permettent de ne pas tenir compte du négatif. Il faudrait face au négatif de l’autre, arriver à se dire ; mais pourquoi, s’entêter à réagir au négatif, pourquoi le voir, le ressentir, le contrer avec la même âpreté et en être perturbé, pourquoi ne pas  « laisser glisser », sans faire attention à cette vibration négative et ne pas la laisser entrer en soi ? Pourquoi se laisser perturber par le négatif de l’autre ? Si nous savions être très forts contre le négatif, il y aurait de moins en moins de faille en nous, et personne ne pourrait nous pénétrer avec le négatif.

Q.  Mais parfois lorsque je constate des comportements irrespectueux ou injustes, je me mets en colère. Alors que faire ?

R.  Oui, certaines personnes ont envie de faire comme elles veulent. Alors c’est vrai que ta réaction de colère est logique. Mais attention la colère est un élément porteur de l’évolution dans l’univers, mais cette colère ne doit pas entrer en ton intérieur, elle doit être extérieure. En fait il s’agit d’exprimer ta colère pour faire cesser une situation ou un comportement mais ensuite tu ne dois pas continuer à tourner et retourner cela dans tes cellules parce qu’autrement tu envoies du négatif en permanence.

Q.  Parfois on ne sait pas toujours comment réagir face à des sujets importants comme l’amnistie par exemple ou lorsque des innocents sont en prison ? Je trouve ça tellement injuste que ça me fait bouillir.

R.  À quoi cela te sert-il de bouillir, si ce n’est t’énerver, te perturber, envenimer la situation, pourquoi ne prends-tu pas l’événement avec compréhension pour, par exemple te dire que certaines personnes n’avaient peut-être pas mérité des peines de prison parmi toutes celles qui sont amnistiées. Pourquoi ne te dirais-tu pas que parmi 1 million de personnes qui ont ces condamnations qui vont être amnistiées, il y en a 200 000 pour qui c’est rendre justice que de leur enlever cette peine ? Que penses-tu de l’adage qui dit : «Il vaut mieux 1000 personnes coupables dehors qu’1 innocent en prison» ? Il faut que tu te dises: «cela n’est pas juste», que tu fasses une action pour que ça change, mais que tu ne t’en tourmentes pas sans cesse, que tu ne retournes pas en permanence ce négatif en toi. Si tu arrives à dépasser ton état négatif et ta réaction envers cet élément, tu auras, par le positif, la possibilité de trouver la solution. En remuant et en retournant le négatif en permanence tu ne fais pas sortir la solution.

Q.  En fait, il s’agit de « laisser glisser » le négatif sur notre environnement mais j’ai l’impression que le négatif rentre dans notre environnement, et c’est notre esprit qui, lui, va faire la différence. Si nous sommes capables de maîtriser instantanément la situation, le corps ne s’exprimera pas, par contre si l’esprit n’est pas en mesure d’analyser, c’est le corps qui va réagir. Comment faire ?

R.  Oui, les corps sont négatifs, les esprits sont à moitié positifs, à moitié négatifs quand ils rentrent dans les corps, et ce sont nos esprits qui font entrer un peu plus le négatif dans le corps. Donc ce qu’il faut parvenir à faire, c’est laisser à nos corps l’état naturel du négatif qu’ils transportent, et ne pas faire rentrer, par notre esprit, davantage de négatif. Il faut que notre esprit arrive à rester neutre mais fasse passer uniquement le positif. Alors « laisser glisser » le négatif autour de nous, cela signifie ne pas y adhérer de n’importe quelle façon que ce soit. Lorsque nous sommes touchés immédiatement le schéma se met en place. Laissez glisser le négatif, c’est ne pas entretenir ce négatif, c’est parvenir à ne pas en être tourmenté, perturbé, à ne pas en souffrir.

Q.  Pour ma part, j’ai constaté que lorsqu’une personne est extrêmement positive face à moi, je réagis négativement en étant agressive, parce que je n’arrive pas à atteindre cet état.  Et pour une personne qui réagit négativement, j’ai alors le sentiment qu’elle veut me dominer, ce qui est insupportable !

R.  Oui, alors je vais rectifier. Face à une personne qui est dans l’extrême très positive et qui veut te faire passer son positif, ton négatif réagit violemment et ne veut pas être entraîné vers ce positif, car tu voudrais bien l’atteindre mais pas de la même façon que cette personne. Tu veux rester unique dans ta personnalité, c’est instinctif chez toi et ce grand positif qui est face à toi, s’il ne correspond pas à ce qui anime tes cellules de bien-être te fait réagir avec le négatif. Depuis toujours tu n’as pas voulu prendre exemple sur les personnes qui sont positives, tu veux à toute force que ton propre positif devienne plus fort par toi-même, alors c’est dur et tu perds du temps, car seul l’exemple te permettra d’être comme ceux qui sont positifs. En ce sens, les personnes qui sont négatives face à toi, il faut que tu leur imposes ta personnalité et que tu leur apprennes à te respecter aussi.

Q.  Pour ma part, lorsque quelqu’un est négatif face à moi, je réagis par la moquerie, je sais que c’est un défaut que j’ai mais je n’arrive pas à contrôler mes pensées.

R.  Si la situation ne te concerne pas, tu ressasses tes pensées en toi, mais quand elles te concernent c’est vrai que le fait de les ressasser te donne cette réaction négative que tu as contre les situations négatives. Alors pourquoi ? C’est tout simplement parce que tu n’as pas trouvé le moyen de te faire entendre dans les situations négatives, tu cherches toujours les causes et la solution. Il te faut devenir très ferme et dans le positif face à ce qui est dur.

Q.  Oui mais face au négatif, je suis extrêmement sensible aux situations, aux vibrations négatives, et j’ai un mal de chien à m’en dépêtrer, alors comment faire pour rejeter ces vibrations qui sont horripilantes ?

R.  Devant une situation négative, tu es absolument touché de plein fouet et cela te travaille à l’intérieur de toi, travaille tes cellules parce que lorsqu’il y a discussion ensuite d’une constatation du négatif et qu’il n’y a pas de solution, tu ne supportes pas. Alors il faut absolument que tu arrives à te dire, par tes pensées, que cette personne va faire son évolution, c’est là tout ton problème et devant les personnes positives, tu réagis rarement en négatif, ça peut arriver quelquefois seulement si la personne, qui est dans le positif, n’est pas dans la même idéologie que toi.

Nous avons une unité avec notre esprit, notre âme et notre corps qui fait que, le négatif parle avant tout chose, nous n’arrivons pas à faire parler notre âme en premier, à nous servir de ces possibilités d’amours extraordinaires. Sauf lorsque nous sommes dans une parfaite joie, une parfaite tranquillité, lorsque nous avons quelque chose de positif qui nous arrive, par exemple lorsque nous avons eu un coup de foudre, et qu’il se passe des choses négatives à l’extérieur, le négatif ne nous touche pas de la même façon, le négatif des autres ou que les autres essaient de nous envoyer, ou même le nôtre ça ne nous touche pas de la même façon, c’est pour cela qu’il faut que nous sachions que l’amour, depuis l’origine des temps, et dans l’univers, est l’énergie qui permettra au positif de vaincre le négatif. C’est lorsque nous sommes dans l’état d’amour que nous sommes capables de faire cela. Attention, il ne faut pas être dans l’état de haine car si nous allons dans l’état de haine, il n’y a plus rien à faire. Et, pour parvenir à lutter contre le négatif, à le transformer, il faut tout d’abord apprendre à ne pas en souffrir.

 

 

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *